Comment faire après une blessure

Comment faire après une blessure

Comment faire après une blessure

Pour un sportif, le pire qui puisse arriver est une blessure dus à une mauvaise hygiène de vie, un mauvais échauffement… Mais parfois certaines blessures sont la conséquence d’un contact ou d’un faux mouvements.

Pour beaucoup, la ré-adaptation au sport met un peu de temps : par peur de se reblesser.

Même si la blessure physique est soignée, il peut arriver que la blessure psychologique prenne plus de temps. Il faut réussir à se dépasser mentalement et prendre confiance en soi et en son corps.

L’appréhension du  retour à la compétition après une grosse blessure est parfois l’occasion d’envisager un travail en préparation mentale.

La peur du contact avec  l’adversaire handicape grandement le retour à un haut niveau de performance du sportif.

Le sportif qui appréhende le contact après une fracture, ou le simple fait de changer brusquement ses appuis  sur un terrain après une rupture des ligaments croisés par exemple, n’est plus en capacité de bien réaliser sa performance. Elle est paralysée par les pensées et les émotions du sportif. Alors que sa blessure  a été correctement soignée, il pense son action comme un ancien blessé. Il appréhende toutes les situations qui lui rappellent sa blessure en se disant : « Il ne faut pas que je me blesse. »

Pour cet article, j’ai décidé d’écouter le témoignage d’une sportive qui s’est blessé et qui aujourd’hui a reprit le sport, le basket. Elle va nous raconter sa blessure mais aussi le long parcours qu’elle a fait pour se rétablir et enfin comment elle réussit de jour en jour à surmonter sa peur de la re-blessure.

Bonjour, pouvez-vous nous racontez un peu votre histoire : qui vous êtes mais aussi quand et comment vous vous êtes blessé ?

Bonjour, je m’appelle Marlène COSTA. J’ai commencé le basket lorsque j’avais 6 ans au club d’Athis-Mons. Il y a 6 ans, je me suis blessée lors d’un match à Paris. J’allais en contre-attaque quand j’ai senti mon genou tourner. Je ne m’étais jamais gravement blessée seulement des petites entorses que j’aurai dû à l’époque plus soigner car avant cette blessure je me plaignais de mon genou mais mon envie de jouer étant plus forte que l’envie de me reposer j’ai forcé et je me suis rompu les ligaments croisés.

Ça été très dure pour vous de devoir arrêter le basket aussi subitement ?

Devoir arrêter le basket et surtout le sport ça a été très dur pour moi car au début on pense que c’est une histoire de quelques semaines puis on se rend très vite compte que non. Quand depuis tout petit on est habitué à faire ce sport s’est très compliqué d’arrêter d’un coup, d’aller voir des matchs et de ne pas pouvoir jouer.

Suite à cette blessure, vous avez subit combien d’opération ?

Suite à cette blessure, j’ai été conduit par les pompiers à l’hôpital de Paris où ils m’ont fait une radio pour voir si mon genou ne s’était pas déplacé car mon genou avait doublé de volume. Quelques jours plus tard, je suis partie passer une IRM puis j’ai rencontré un chirurgien pour voir ce que je devais faire car, après ma blessure, je ne pouvais plus me déplacer sans l’aide de béquille. Après plusieurs examens, le chirurgien a décidé de m’opérer, de réparer mon ligament croisé et de laisser le ligament externe et le ménisque se réparer tout seul.

Après l’opération, j’ai fait deux mois de rééducation dans un centre de rééducation puis j’ai enchainé avec des séances chez le kiné pendant 2 autres mois. Suite à l’opération, je n’arrivais plus à tendre ma jambe comme avant. Je sentais que quelque chose me bloquait. J’ai fait plusieurs examens qui montrait que tout allait bien mais au fond de moi je savais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Je suis partie voir un autre chirurgien qui lui aussi m’a fait passer plusieurs examens et qui au final à décide de m’opérer afin de voir ce qui bloquait. Suite à cette opération, j’ai appris que la vise qui avait été utilisé pour maintenir mon nouveau ligament était partie et avait retiré un bout d’os qui s’était accroché à un autre ce qui bloquait mon extension. Le chirurgien a donc retiré la vise et limé le bout d’os qui s’était accroché.

Et pendant combien de temps avez-vous du faire de la kiné ?

Suite à la première opération j’ai réalisé en tout 5 mois de kiné et pour la deuxième 3 mois. Les séances de kiné étaient très dur physiquement et mentalement surtout lorsque j’étais au centre de rééducation. J’ai dû réapprendre à marcher sans béquille pour certains c’est une banalité mais à l’époque j’avais perdu beaucoup de muscle dans ma jambe donc c’était très dur de devoir réapprendre à faire des mouvements qu’auparavant et qu’aujourd‘hui je réalise sans réfléchir.

Vous avez donc mit plus d’un an pour être totalement remit et pouvoir re-pratiqué du sport, et du coup vous avez repris le basket tout de suite après ?

Au départ, je ne souhaitais pas reprendre le basket, après tout ce que je venais de réaliser je ne voulais plus prendre le risque de recommencer. Au départ, je me suis inscrite à une salle de sport car le sport me manquait. Cela faisait plus de 3 ans que je ne pratiquais plus d’activité sportive. Au bout de quelques mois, je ne prenais plus trop de plaisir à aller à la salle donc il y a deux ans j’ai décidé de reprendre doucement le basket et aujourd’hui, je fais de nouveau du basket en compétition.

Maintenant que vous avez sauté le pas pour reprendre le basket, avez-vous toujours des angoisses ? Comment les gérez-vous ?

Même si ça fait presque 2 ans que j’ai repris le basket j’ai toujours autant d’angoisses. Je joue désormais avec deux genouillères pour 1 mieux maintenir mes genoux et 2 pour être plus en confiance. Lorsque l’on est sportif on a toujours la crainte de se blesser mais au final l’envie de jouer, de se surpasser sont pour certains d’entre nous plus fort que la peur de se blesser et comme on dit ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !

Merci beaucoup pour avoir pris le temps de répondre à toutes ces questions.